L'éphémère phare de la Coubre

Le phare s'écroule au bout de 12 ans

(...)

On trouve trace d’une balise porte-feu dès 1690. Au milieu du XVIIIe siècle, une tour en bois figure sur des plans devenus obsolètes au début du XIXe, en raison des déplacements des bancs de sable. En 1815, une tour est bâtie sur la pointe de la Coubre pour indiquer aux marins la direction à suivre, mais elle ne résiste pas dix ans aux assauts des éléments. Une autre est assemblée sur un emplacement plus approprié, mais il ne s’agit encore que d’un édifice en bois servant de repère le jour et rarement éclairé la nuit.

(...)

En 1892, le chantier d’un premier phare vraiment solide débute enfin, à quelque 500 mètres du rivage. Le feu fixe du phare en bois disparaîtra au profit d’un « feu-éclair électrique » juché sur un édifice de 56 mètres de haut en maçonnerie, dont le soubassement sera en granit des Pyrénées. Les travaux attirent les curieux.

(...)

Las, l’érosion fait son œuvre à une vitesse vertigineuse. Dès 1903, les vagues ne sont plus qu’à 80 mètres du phare ! L’hiver suivant, une maline particulièrement violente emporte d’un coup 30 mètres de sable. Le sort du jeune phare est entendu. Au printemps 1904, deux ingénieurs se rendent à la Coubre afin de déterminer le meilleur emplacement pour bâtir son remplaçant ; il se situera à 1 600 m à l’est du premier.

(...)

Lisez le texte intégral de cette histoire dans le livre "Chroniques de Charente-Inférieure" par Thierry Collard

Le livre "Chroniques de Charente-Inférieure" rassemble 50 faits divers, procès d'assises et récits du XVIIIe au XXe siècle.

Cliquez pour en savoir plus