Champ de bataille

Friedrich Hohe, Szerelmey Miklósː Hungarian camp in April 1849 in front of Komárom. In the middle on a white horse is György Klapka, in the left side on a black horse is János DamjanichLa plaine qui, au matin, séparait les deux armées impeccablement rangées, n’était plus désormais qu’un champ de bataille où chacun tentait plus ou moins habilement de gagner l’avantage. La cavalerie sautait en tous sens, menaçant qui s’aventurait hors de la protection des siens. Je m’étais placé sous la garde du commandant De La Tour qui barrait le passage à l’ennemi. Las, mon protecteur avait négligé sa propre sécurité. Je le vis tomber, renversé par l’ennemi traversant comme un fou le champ de bataille. En deux temps trois mouvements, je fus encerclé. Échec et mat.

[Contrainte d'écriture : texte de moins de 600 signes, espaces et titre inclus]

Posts les plus consultés de ce blog

Washington : le Capitole et la Maison Blanche incendiés... en 1814 !

Naissance d'une rubrique

Le mot de la fin