Ambiance fin de siècle à Royan

[1999] Je finis le XXe siècle à l’agence de Royan. C’est la seule ville où l’on m’a muté en me forçant un peu la main, clause de mobilité oblige. “Tu comprends, Thierry, on a vraiment besoin de toi là-bas, on te demande ça comme un service”, m’a-t-on dit. “OK, j’ai répondu, mais très temporairement, juste pour un an.” “Bien sûr, Thierry, bien sûr”, m’a-t-on promis. C’était à la rentrée 1997. Fin 1999, j’y suis encore.

Parmi les sujets traités ici, une analyse de la démographie locale qui met en évidence un déficit des jeunes générations et une sur-représentation des retraités très aisés. Avec la complicité d’un secrétaire de rédaction, je titre “Voir Royan et mourir”.

C’est là que nous sommes dotés des premiers appareils photo numériques. Je découvre celui de l’agence le week-end du rallye tout-terrain Dunes et Marais. Coup de bol, je me place à l’intérieur d’un virage rapide, bordé par un champ de maïs, que certaines voitures abordent un peu trop vite. Je suis plutôt satisfait du résultat, même si la résolution maximale plafonne alors à 1,5 mégapixel.

Le 27 décembre, une tempête est annoncée. En fin de journée, notre secrétaire quitte l’agence mais y revient vingt minutes plus tard : “Je ne peux pas rentrer chez moi, il y a des arbres qui tombent de partout et qui barrent les routes.” Quelques coups de fil confirment le danger qu’il y a à s’aventurer dehors. Je ne rentrerai pas chez moi non plus. Quelques cacahuètes salées restant d’un apéro constituent notre maigre repas. Puis chacun tente de prendre un peu de repos en inclinant son fauteuil de bureau, elle à l’accueil, moi à l’étage. Le bruit du vent et des tuiles qui volent ne nous laisse guère fermer l’œil. Au petit matin, le chapiteau de la patinoire installée sur la Grande Conche est à terre, son armature d’acier tordue comme du vulgaire fil de fer. L’électricité et le téléphone sont coupés. J’enchaîne ma nuit blanche directement sur un tour de ville, en compagnie du maire croisé en chemin.

Les festivités prévues pour le passage à l’an 2000 sont annulées. C’est mon dernier reportage royannais, avant de rejoindre le desk rochelais au 1er janvier.

Posts les plus consultés de ce blog

Washington : le Capitole et la Maison Blanche incendiés... en 1814 !

Naissance d'une rubrique

Le mot de la fin